Voyages d’études

États-Unis 2019

 

Study trip...

usa1
usa2
usa4
usa3
usa5
usa6
usa7
usa9
usa8
usa10

First day :

Dans le cadre de leur formation, les 2ème année BTS GDEA se sont envolés direction les États-Unis pour un voyage d'étude de 15 jours.
Le groupe a quitté la MFR dans la nuit de mercredi à jeudi, direction l'aéroport Charles de Gaulle en bus.

Le trajet s'est très bien passé mais l'attente à l'aéroport, avant le décollage, a été plutôt longue. Chacun a pu s'occuper comme il le pouvait.
Après plus de 11heures de vol, le groupe est arrivé à Los Angeles, dans l'État de la Californie, sur la côté ouest des États-Unis.
Après avoir mangé une pizza et les 9 heures de décalage horaire avec la France, chacun a pu s'installer à l'auberge pour une bonne nuit réparatrice.

Retour sur les 1ers jours :

Une fois arrivés sur le continent américain, nous avons passé la douane et notre chauffeur Alex nous a conduits à notre auberge le « Surf City Hostel » qui est au bord de la plage réputée pour être prisée des surfeurs et …de quelques requins !! Après un court sommeil dans l’avion le lit se faisait attendre.

Le lendemain, debout à 8h30 pour aller visiter Los Angeles avec notre guide Marion.
Los Angeles est l’une des plus grandes régions urbaines des USA avec un trafic d’enfer. Il y a dans Los Angeles, 5 comtés différents habités par 20 millions de personnes de différentes nationalités.
Nous avons pu voir à Los Angeles même, la mairie, la poste, la gare et le très beau bâtiment de la symphonie philharmonique en partie financé par Walt Disney.

Ensuite, nous nous sommes rendus à Hollywood et nous avons aperçu, depuis l’observatoire, ses grandes lettres mesurant 17m de haut. Puis nous avons fait un petit tour sur Hollywood boulevard où se trouve le fameux bâtiment des oscars.
Après le repas du midi, nous avons traversé le riche quartier de Beverly Hills pour aller à Santa Monica. Nous sommes allés sur le fameux ponton avec ses nombreuses attractions.

Pour continuer notre journée, nous sommes allés à « Venice Beach » reconnu pour ses sports extrêmes, skate-park et ses artistes de rues.
Pour finir, nous avons mangé dans un restaurant proche de l’auberge le « Baja Sharkeez ».
Pour nous, cette journée n’a été que bénéfique puisque nous en avons pris plein les yeux avec des sites connus mondialement. Nous avons aussi découvert la gastronomie américaine, fortement influencée par la culture mexicaine.

Clément et Lucas

Samedi 12 octobre :

Nous sommes partis vers 9h de notre hôtel pour visiter le parc d’attraction Universal Studio qui existe depuis 100 ans. Il a été créé pour réaliser des tournages de films.
Nous avons commencé par l’attraction « Studio Tour » qui présente différents films à succès jusqu’à aujourd’hui ainsi que les lieux de tournage avec par exemple une place célèbre et son église que l’on peut voir dans « Retour vers le futur », et bien d’autres films.
Le reste de la journée, nous avons dû nous montrer patients dans les files d’attente pour participer aux nombreuses attractions en réalité virtuelle telles que Transformers, Harry Potter et les Simsons. Les plus téméraires sont montés dans les montagnes russes à thèmes comme « the Revenge of the Mummy » ou encore « Jurassic world ».
Certains ont assisté à d’autres représentations comme le dressage des animaux du cinéma, une représentation sur les effets spéciaux et le spectacle Water World, qui se déroule sur l’eau avec des jets skis, bateaux et autres effets spectaculaires.
Cette journée fut l’occasion pour nous de discuter avec des américains dans les files d’attente. Ce lieu est le symbole de la région et du cinéma Hollywoodien, un incontournable de la culture californienne.
Pour finir cette journée nous avons mangé des pizzas au bord de la plage. Nous avons passé un agréable moment.

Dimanche 13 octobre :

Nous avons quitté la ville de Los Angeles pour nous rendre à Las Vegas en traversant le désert du Mojave. Il s’étend sur quatre états, la Californie, l'Arizona, le Nevada et l’Utah. Il a une superficie de 124 861 Km2. On peut y trouver des chevaux et des taureaux sauvages mais aussi une station géothermique avec un parc de 1 420 hectares de panneaux photovoltaïques aux abords de Las Vegas.
Nous nous sommes arrêtés déjeuner dans une ancienne ville minière qui se nomme « Ghost Calico Town ». La principale source de revenus était les mines d'argent, mais lorsque le cour a chuté, les mineurs ont dû quitter la ville qui fût transformée en musée aux allures de ville fantôme. Elle est aujourd’hui très visitée par les touristes grâce à son allure de ville de western. Après une petite balade en train et un bon repas, nous avons repris la route pour nous rendre à Las Vegas.

Las Vegas signifie « les près » en espagnol, elle se nomme ainsi car elle était habitée par des éleveurs de bétail appelé les Ranchos. Elle se situe dans l’état du Nevada qui compte 3 millions d’habitants dont 2 millions vivent à Vegas.

La ville des jeux a commencé à se développer en 1905. La mafia en a rapidement pris le contrôle. Le premier casino appelé le « Flamingo » fût créé par Bugsey Siegel. La ville a continué à se développer grâce à Franck Sinatra en 1950 et Elvis Presley en 1960. La mafia a été chassée en 1980 et Las Vegas est devenue la ville des jeux, des spectacles et de la démesure que l’on connait aujourd’hui. Cette ville est celle dont la concentration d’hôtels au kilomètre carré est la plus élevée au monde.
En soirée, nous avons visités le « Caesar Palace », « Venetian" et le « Bellagio » aux décors somptueux et haut en couleurs. Nous avons été surpris par le nombre effarant de jeux d’argent sous différentes formes telles que les machines à sous, les paris et les nombreux jeux de tables. Nous avons découvert une ville hors du commun de par ses Casinos, ses hôtels, ses illuminations grandioses.

Lundi 14 octobre :

Après un petit déjeuner de pancakes, typiquement américain, nous nous sommes rendus à la compagnie « Skyline helicopter tours » pour effectuer un vol en hélicoptère au-dessus de Las Vegas et du grand canyon.

Le grand canyon est une richesse naturelle du Nevada traversé par le fleuve Colorado qui a creusé son lit pour former des falaises rocheuses composées de strates de couleur ocre. Le grand Canyon s’étire sur 445 km avec une largeur variant de 5.5 km à 30 km sur une profondeur moyenne de 1220 mètres. La vue du ciel était superbe.

Pour achever notre séjour à Las Vegas, nous avons pris une photo souvenir devant le célèbre panneau de la ville. Ensuite, nous nous sommes dirigés vers la ville de Caliente pour nous rendre au Rankin ranch. Sur le chemin, nous nous sommes arrêtés à un endroit créé par un artiste suisse en 2016 qui se nomme « seven magic mountains ». A cet endroit se trouvent 7 tours composées de 33 pierres empilées de différentes couleurs. Elles furent érigées à la demande du musée d’art de Réno pour un coût de 3 millions de Dollars. Cette composition artistique sera démolie en 2021 (délai initialement fixé en 2018) suite à la demande du bureau du « Land management » (gestion des terres).

Au Rankin Ranch, Amanda et Shelby nous ont accueillis. L’histoire du ranch a commencé en 1833 avec l’achat de terres et le début de l’élevage de bétail, puis l’activité s’est diversifiée à partir de 1965 avec l’accueil de touristes. Parents et enfants travaillent ensemble pour mener de front ces diverses activités et pérenniser l’héritage familial.

Cette journée a été riche en couleurs. Nous avons vraiment apprécié le survol du grand canyon car nous n’avons pas tous les jours l’opportunité de survoler Las Vegas en hélicoptère. L’accueil au ranch a été très sympathique et convivial, cette famille américaine est vraiment chaleureuse.

Mardi 15 octobre :

Aujourd’hui, nous avons visité le "Rankin Ranch" dans lequel nous dormons pendant 2 nuits. Situé à Caliente en Californie, ce Ranch familial est géré par la 5ème et 6ème génération. Le ranch possède 62 000 ha pour un diamètre de 15 km à la ronde. Cette famille travaille donc avec un troupeau de vaches "Red Angus" et "Hereford".
Lorsqu’ ils renouvellent le troupeau, ils gardent généralement quelques bêtes qui connaissent les points d’eau naturels. Il en existe 3 sur le Ranch. Pendant les grandes chaleurs, le troupeau est dans les montagnes pour chercher le frais et redescend l’hiver afin de trouver la chaleur. Pour les soins et contrôles du bétail, ils font appel à un vétérinaire qui contrôle 300 à 500 bêtes par jour. 90% du travail s’effectue à cheval. Ils font tout eux même : construction, réparation et aussi récolte de foin et de paille grâce à des équipements vétustes mais efficace. Le miel constitue récemment une nouvelle source de revenu grâce aux 600 ruches.

L’après –midi, nous nous sommes rendus au « Bakersfield college » qui dispense des cours équivalents au niveau supérieur. Il se situe à Bakersfield qui est une ville du sud de l’Etat de Californie. C’est le siège du comté du Kern avec une population de 380 874 habitants, une ville assez dynamique malgré la pollution de Los Angeles poussée par les vents.
Cet établissement est composé de 36 000 étudiants dirigés par Sonya Christian depuis 2015. Réputé pour sa forte équipe de football américain les Renagades et leur stade de 20 000 places, il dispense différents domaines d’enseignement tels que la menuiserie, l’agriculture, l’horticulture, l’art, le théâtre… Nous avons été accueillis par Tristan, Bailey, Bernardo (élèves du campus) et 2 professeurs (de zootechnie et de sciences, agronomie). Nous nous sommes brièvement présentés et les élèves du campus ont fait de même. Issus de la filière agricole, ils étudient comme nous l’hydraulique, l’électricité, le diagnostic de panne, le réglage des matériels, le démontage et remontage moteurs diesel et essence… Leurs cours se divisent en 2 parties : 2H de théorie et 3H de pratique. Ce sont les entreprises du territoire qui définissent le contenu des programmes afin de répondre aux besoins des employeurs.

Nous sommes contents de notre journée puisque nous avons découvert le ranch et leur gestion du bétail - différente de chez nous - et le système scolaire américain, encore inconnu pour nous. Nous avons été accueillis chaleureusement.

Mercredi 16 octobre :

Nous sommes partis du Rankin Ranch pour nous diriger vers l’entreprise Laird Manufacturing. Un commercial, une personne chargée des ressources humaines et un manager nous ont accueillis chaleureusement. L’entreprise a été créé en 1989, elle fête cette année ses 30 ans.
L’entreprise possède deux sites en Californie, le premier pour la fabrication et le deuxième, l’administration et la maintenance. Elle produit des mélangeuses à vis verticales, des mélangeuses stationnaires à vis verticales, des bennes distributrices et des épandeurs à fumier. La plupart des mélangeuses sont sur camions car les distances entre exploitations sont grandes, il y a un meilleur confort et les marches arrières sont plus faciles.
Au niveau du commerce, les machines sont vendues partout dans le monde, Japon, Australie, Afrique du Sud, …
En revanche, elles ne sont pas vendues en Europe car les normes sont différentes et il y a trop de complications et nos troupeaux ne sont pas assez importants pour valoriser ce genre de matériel.
Nous avons commencé la visite par le bureau d’étude où étaient présents ingénieurs et dessinateurs puis nous avons poursuivi la visite dans les ateliers de fabrication. Tout commence par la découpe laser, les plaques sont utilisées à hauteur de 85%. Le premier atelier fabrique les pièces destinées à l’assemblage. Les salariés préparent des tapis de déchargement, vis sans fin, châssis et réserves hydrauliques. Le deuxième atelier qui possède deux lignes est destiné à l’assemblage en 8 étapes différentes. Les salariés soudent les caisses et posent les vis. A chaque poste, des instructions précises sont données aux salariés. Il y a également un atelier de production de châssis pour camion et mélangeuses stationnaires.
Avant l’atelier de peinture, les pièces sont lavées et dégraissées. Les flexibles sont réalisés dans l’atelier hydraulique et répertoriés dans une notice fournie aux clients afin de faciliter la maintenance et le remplacement de flexibles. Après peinture les mélangeuses sont finies d’être assemblées et testées par banc d’essai.

En milieu d’après-midi, nous avons effectué une visite chez « Bowles farming company ». L’exploitation a été créée en 1958 par la famille Bowles, c’est la 6eme génération. La ferme possède 25 000 ha répartis en 20 productions différentes : légumes, fruits, herbes, céréales, etc.
Les cultures de l’exploitation sont différentes, cela permet de stabiliser le revenu et de pratiquer une rotation pour diminuer les attaques de ravageurs et de maladies.
Le coton et la tomate sont les plus grosses productions de l’exploitation, elles représentent à elles seules 5 000 ha.
Ensuite un salarié nous a expliqué le processus de fonctionnement d’une récolteuse à coton, de la marque John Deere. A une allure de 6,5 km/h, la machine coupe, mélange le coton avec de l’eau, et l’aspire vers la trémie. Elle fait un pré-compressage avant de former la botte, les bottes font en moyenne 2 500 kg pour 2 m de diamètre. Elles sont liées avec un filet plastique en 4 tours. La machine fait du non-stop, elle coupe et presse sans s’arrêter.
Pour finir cette visite, nous avons été voir un salarié qui préparait la terre avec un décompacteur pour les semis de carottes ainsi qu’un champ de coton.

Aujourd’hui nous avons vu des cultures que nous ne connaissions pas telles que la culture de coton et sa manière de la récolter. Leurs équipements nous paraissent énormes mais ils ont tellement de surface que c’est justifié. La visite de l’entreprise Laird fut très enrichissante car leur usine est beaucoup moins industrialisée que chez nous.

Jeudi 17 octobre :

San Francisco est une ville de 800 000 habitants qui en compte 7 millions avec les banlieues. C’est la ville de l’internet avec le siège de Twitter, Yahoo, Google, du pouvoir politique et de la finance. Elle compte 2 universités célèbres : Berkeley, spécialiste du droit et des sciences humaines et Stanford qui est spécialisée dans les nouvelles technologies et internet.
San Francisco est aussi une des premières capitales à autoriser l’homosexualité. C’est une ville avant-gardiste.

Nous avons pris la route en direction de la vallée centrale (Salida) pour aller visiter l’usine Flory industries. Tout a débuté par une ferme laitière.
A partir 1969 la production des amandes devenait populaire. A cette époque-là, l’entreprise s’occupait de la récolte et de la production d’amandes. C’est en 1974 qu’elle a fait le choix d’arrêter la partie récolte pour se concentrer sur la production de matériel de récolte. Flory est une entreprise locale qui emploie 300 personnes dont 13 ingénieurs. L’entreprise produit 700 machines par an qui sont vendues partout dans le monde (Amérique du sud, Australie, Espagne, Portugal…).
La visite a débuté par l’atelier de découpe de plaque d’acier avec la présentation d’une nouvelle machine à découpe fibre optique qui a pour but d’optimiser un maximum les plaques de métal. Nous avons aussi vu la plieuse avec une petite démonstration. Ensuite, nous avons traversé l’atelier d’assemblage des cabines, puis l’atelier de soudure. L’entreprise propose ses services de soudure pour une vingtaine d’entreprises extérieures. Les pièces sont nettoyées à l’acide avant de passer par l’atelier de peinture. Elles reçoivent une couche de peinture sous forme de poudre avant de passer dans un four à 200° pendant 45 minutes.
La visite s’est poursuivie par l’atelier de repartions où les utilisateurs apportent leurs outils pour l’entretien car il y beaucoup de pièces à remplacer. Cette entreprise vend 3 types de machines : L’aspirateur à amandes le transbordeur et le convoyeur. Les machines tractées ont un prix de 76 000$ et les machines automotrices sont vendues 200 000$. Steward qui nous a présenté l’entreprise était très sympathique et passionné par son métier.

Après cette visite, nous nous sommes rendus à la concession N&S Tractors and Co qui vend du matériel agricole « CASE IH et CLAAS » qui se trouve à Stockton. Cette concession est composée de 7 sites qui peuvent servir tout l’Etat de la Californie. Ils effectuent la vente, la réparation, l’assemblage et la préparation des différentes machines. Le site est composé d’un magasin libre-service, d’un premier atelier pour la préparation, l’assemblage de matériels neufs et d’un atelier pour la réparation. Il y a 30 employés sur le site. Ils nous ont présentés leur système GPS avec les différentes fonctionnalités et leur fonctionnement.
Le chiffre d’affaire du mois de septembre est de 2,8 millions de dollars. Nous avons été accueillis par Alex qui nous a présenté le site. Il s’est montré très accueillant et très professionnel avec des explications simples et compréhensibles.

Par la suite, nous sommes arrivés à Winters où nous avons visité une entreprise qui récolte et prépare différents fruits à coques. Nous avons été accueillis par le gérant Monsieur Martinez qui nous a fait la présentation du site. Cette entreprise est installée depuis 1975. Auparavant Monsieur Martinez était professeur, il enseignait l’agriculture et le dessin mécanique. Il est ensuite devenu conseillé en chimie.
Le site compte 60 employés en saison dont 12 sur le site de nettoyage et 2 au magasin. Nous avons commencé par la visite d’une machine qui prépare les noix. Ces dernières sont tout d’abord déchargées dans une fosse et sont ensuite emmenées à la première étape qui est la séparation des déchets par ventilation. Ensuite, il y a un premier lavage avec de l’eau ce qui permet d’enlever la terre et elles sont par la suite brossées et envoyées dans une trilleuse qui par un système de caméra éjecte une bonne partie des noix vertes. Un dernier tri à la main est ensuite effectué. Elles sont envoyées dans de grands compartiments situés dans le bâtiment juste à côté. Elles sont séchées dans un séchoir composé de plusieurs compartiments chacun pouvant contenir 135 000 kilos de noix. Le séchage dure environ 14 à 36 heures selon le degré de maturité des noix. Une fois séchées, les noix sont déversées sur un tapis qui les envoie dans un camion en attendant d’être livrées. Il est produit environ 3,5 millions de kilos de noix par an. Ces noix sont vendues dans le monde entier et la récolte débute début octobre. La récolte des amandes débute fin août, les pistaches fin septembre et les prunes mi-septembre jusqu’à début octobre.
Nous avons été très bien accueillis par le gérant qui nous a présenté son métier et nous a transmis sa passion pour l’agriculture. Nous avons eu la chance de déguster les noix fraîchement récoltées.

La journée fût dense en termes de visites mais très intéressante.

Vendredi 18 octobre :

Aujourd'hui, nous avons programmé la visite de San Francisco. Nous avons pris le bus pour nous rendre au plus haut point de vue pour contempler la ville, Twin Peaks. Le panorama était splendide, on pouvait voir la prison d’Alcatraz, la célèbre prison sur l’île où 36 personnes ont tenté de s’évader ; 31 sont mortes et les 5 autres ont disparu. C’était une prison militaire avant qu’elle ne devienne une prison fédérale de 1934 à 1963. On pouvait aussi apercevoir le Oakland Bay bridge et le célèbre Golden Gate bridge. Ce pont mesure 2 737m de long, 27m de large et 67m de hauteur. Il a été inauguré en 1937.
Après l'avoir traversé à pied et en bus, nous nous sommes rendus dans le quartier de Chinatown, quartier de San Francisco peuplé d’asiatiques. Ces derniers sont venus en Californie dans les années 1850 pour la ruée vers l'or mais une loi est passée en 1882 interdisant l’immigration asiatique. Ils n’avaient aucun droit jusqu’en 1943 grâce une loi passée par le Congrès leur accordant le statut de citoyen américains avec la possibilité de se marier ou de se naturaliser.

L’après-midi, nous avons visité le musée de Wells Fargo, entreprise encore prospère de nos jours. Elle fût fondée en 1852 par Mr Wells et Mr Fargo. Elle était à la fois une banque et une entreprise de transport et de livraison à l’aide de diligences tirées par 6 chevaux. Elles pouvaient transporter 18 personnes et roulaient à 5 mph c’est-à-dire 7 km/h environ.
C’est un musée attractif et interactif où nous avons pu expérimenter la communication en morse ou tester les anciens téléphones fixes ou alors monter dans une diligence.
Ensuite, nous sommes allés voir la jetée et les lions de mer de San Francisco au célèbre Pier 39, nous en avons profité pour finir nos emplettes, puis nous avons fait une marche d’ 1h dans la ville pour revenir à l’hôtel.

En soirée, Marion notre guide nous a fait la surprise de réserver dans un restaurant branché de la ville où les américains adorent se retrouver pour regarder le sport diffusé sur écrans géants.

La visite d’une partie de San Francisco nous à permis de voir les incontournables comme le Golden Gate bridge ou Chinatown, les rues avec des dénivelés impressionnants. La ville est très belle d’un point de vue architectural mais n'en reste pas moins affectée par le nombre croissant de sans-abris dans les rues.

Samedi 19 octobre :

Samedi matin, dernier jour du voyage. Avant de partir en visite de la ville de San Francisco, nous avons bouclé nos valises.
Nous avons ensuite parcouru une partie de la ville à bord d’un « Cable Car », sorte de tramway iconique de la ville de San Francisco. Nous sommes descendus à Lombard Street. C’est une rue réputée pour sa forte pente et ces nombreux virages. L’objectif était de réduire la pente de la rue de 27 % à 16 %, car elle était trop abrupte pour que les véhicules tractés par des chevaux puissent la remonter. Aujourd’hui, les 8 virages en lacets ne s’empruntent que dans le sens de la descente et constituent un des immanquables de tout voyage à San Francisco.
Au musée du Cable Car, nous avons découvert le fonctionnement et l’histoire de ce moyen de transport. La première ligne du Cable Car a été créée en 1892 par Andrew Smith Hallidie. Cet ingénieur de nationalité Britannique a développé ce projet après avoir assisté à la chute d’un cheval tirant de lourdes charges sur les collines de la ville. Ce mode de transport qui permettait un déplacement en toute sécurité, fut détruit par le tremblement de terre de 1906. Mais il était tellement utile pour les habitants qu’il fût reconstruit aussitôt.
Le principe de fonctionnement est un câble sous terrain qui circule en continu, actionné par de grosses poulies sous les lignes des Cables Cars. Le conducteur, à l’aide d’un puissant levier s'agrippe à l’un de ces câbles qu'il lâchera en arrivant à ses arrêts et en actionnant le système de freinage.
Après cette agréable visite de la ville, commentée par notre guide Marion, nous sommes retournés à l’hôtel récupérer les valises car il était l’heure de nous rendre à l’aéroport.

Dimanche 20 octobre :

This is the end !!!

C'est la fin d'un voyage d'étude sur l'Ouest américain pour les BTS 2 GDEA qui ont pu découvrir la culture, l'environnement et les traditions américaines par de nombreuses visites mais aussi l'organisation et le fonctionnement d'exploitations et de concessions agricoles par des accueils intéressants, dynamiques et chaleureux.

Après un atterrissage mouvementé à 13h00, à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle, le passage de la douane française fût très rapide. Nous avons récupéré nos bagages et avons pris la route direction la MFR La Pignerie avec un bref arrêt sur une aire d’autoroute. Des bouchons à Laval ont retardé légèrement notre arrivée qui eût lieu 18h30.
Le voyage linguistique fût très enrichissant, il nous a permis de progresser sur la pratique de l’anglais. Nous avons profité des visites professionnelles et culturelles, découvert de nouvelles pratiques, de nouveaux équipements ainsi que des nouvelles cultures (noix, coton et amandes) avec leurs équipements de récolte.
Nous avons apprécié la visite chez le constructeur Laird spécialiste des mélangeuses, des distributrices et épandeurs à fumier sur camion. La visite du collège nous a permis de voir les différences entre nos deux pays et de discuter avec les étudiants. Les visites culturelles ont également été intéressantes nous immergeant dans la culture américaine.
Nous avons rencontré quelques difficultés pour parler et comprendre la langue anglaise. Les séances de comptes rendus ont été longues à cause d’une connexion wifi pas toujours performante mais nous avons tout de même le sentiment d’avoir réalisé des progrès.

Un voyage d’étude est une expérience intéressante qui nous fait sortir de notre zone de confort. Ce voyage a été très réussi dû à une très bonne organisation. Le climat était agréable tout comme les paysages. De nombreuses rencontres ont marqué ce voyage.

 

Voyages réalisés :